Le Grand mars changeant
Alain Leduc (texte et photos)


Une année particulièrement remarquable…
A partir de la deuxième quinzaine du mois de juin de cette année 2009, le Grand mars changeant (Apatura iris) a fait son apparition dans les massifs forestiers du haut-Avesnois. Cette année se révéla assez exceptionnelle car les contacts furent très nombreux. Il n'était pas rare d'observer plus d'une dizaine d'imagos posés ensemble autour d'une flaque d'eau dans les chemins d'exploitation forestière : Saint Hermann (massif de Trélon), route de Ranguillies (massif de Fourmies).

Un papillon capricieux…
Si vous ne l'avez pas encore observé, prenez toutes les précautions pour ne pas le rater. Ce papillon se pose très souvent autour des flaques d'eau ou de boue dans les chemins forestiers ou sur les excréments laissés par les grands mammifères. A l'occasion, il lui arrive aussi de se poser sur vous , pour sucer la sueur de votre corps.
Suivant l'angle d'observation, sur les ailes ouvertes du Grand mars changeant, on voit apparaître ou non des reflets bleuâtres. C'est un Rhopalocère de la famille des Apaturinae, en conséquence, comme tous les siens, il a souvent les ailes fermées, cela rend sa détection assez difficile lorsqu'il est posé sur un chemin de cailloux. Le dessous des ailes le rend mimétique avec son environnement. 9 fois sur 10, vous ne le voyez que lorsqu'il s'envole. Prenez patience, restez immobile, il reviendra dans quelques minutes et vous l'entendrez arriver car le battement rapide de ses ailes est bruyant.

Attention de ne pas le confondre avec le Petit sylvain (Ladoga camilla) !
Ces deux papillons cohabitent dans les mêmes biotopes (lisières de bois, clairières). Le Petit sylvain butine souvent les fleurs de ronces.

 

 

 

Un autre " changeant " : Le Petit mars changeant :
Cette année, nous avons pu rencontrer, , en Forêt de Trélon et en Forêt de Mormal, le Petit mars changeant (Apatura ilia) de la forme Clytie. Cette forme de couleur rousse reste assez marginale mais est finalement courante dans ces deux massifs forestiers.

Chez la forme Clytie, les dessins blancs sont jaunes sauf les taches apicales qui restent blanches (flèche).