L'habit ne fait pas le moineau !
Alain Leduc

Le Moineau : une espèce présente un peu partout dans notre environnement. Tellement présente que personne ne s'en soucie guère, ne la regarde plus… Depuis la nuit des temps, cet oiseau s'est adapté au voisinage de l'homme, utilise ses constructions pour y faire son nid et profite de la nourriture donnée aux volailles.
Mais, les " misserons " ont plus d'un tour dans leur sac et il arrive parfois qu'ils changent de costume, provoquant ainsi, chez les observateurs débutants, la réflexion suivante : " tiens, ce moineau n'a pas des couleurs habituelles ! ". Rassurez-vous, vous n'avez pas eu la berlue, il y avait bien devant vos jumelles un moineau avec un plumage différent. Tiens donc, il y a d'autres moineaux ?

En effet, dans notre région de l'Avesnois, nous pouvons observer deux espèces de moineaux. Le Moineau domestique Passer domesticus et le Moineau friquet Passer montanus.

Le Moineau domestique a un corps trapu avec une grosse tête aplatie. Les ailes sont courtes et la fréquence de battements en vol est rapide. Le mâle a une calotte grise bordée de marron derrière l'œil et la nuque.
Les joues et le ventre sont blanc grisâtre. La femelle est de couleur brun gris, rayée de brun noir avec un sourcil beige. La taille varie entre 13 et 15 cm, et le poids oscille de 25 à 30 g.
Cette espèce est presque strictement liée aux activités et aux habitations humaines. Diurne et sociable toute l'année, il se perche sur les édifices, les fils, les arbres. Il se nourrit au sol de grains de céréales, de miettes de toutes sortes et, en été, d'insectes. Cet oiseau niche en petites colonies. Son nid, composé d'herbes sèches et garni de plumes, est une boule avec une entrée sur le côté. Il est construit bien souvent sous un toit, dans une cavité de mur, parfois dans un trou d'arbre (à ce sujet, si vos nichoirs à mésanges ont un trou trop large, vous aurez des moineaux…). Le Moineau domestique fera en moyenne deux ou trois pontes sur l'année (en ville, la première couvée arrive souvent dès la fin de l'hiver). Les œufs, au nombre de 4 à 6, sont gris ou blanchâtres tachetés de brun. Le couple incubera les oeufs pendant 11 à 14 jours.


Le Moineau friquet a un corps allongé, assez fin. Sa tête est ronde, ses ailes sont courtes et larges à leur base. La fréquence des battements en vol est très rapide (effet de transparence). La queue est légèrement échancrée. L'oiseau a une calotte et une nuque marron vif avec un large trait noir entre le bec et l'œil. Les joues sont blanches avec une tache noire au milieu. On observe un demi-collier sur la nuque et une petite tache noire au menton. Le reste du plumage ressemble fort à celui du Moineau domestique.... Les sexes sont semblables. Sa taille de 14 cm le rend plus petit que son cousin domestique, son poids varie entre 18 et 26 g.

Cette espèce est liée aux grandes haies bordant les prairies, aux pâturages et aux chemins, vergers et jardins des villages. Il lui faut des arbres riches en cavités. On ne le voit pas souvent en ville.


Diurne et sociable toute l'année, il s'associe aux troupes de Bruants, Verdiers et Pinsons en dehors de la période de reproduction. Il forme des dortoirs sur les arbres en été, mais passe la nuit dans des cavités en automne et en hiver. Il se nourrit au sol de grains de céréales, de graines de graminées et d'insectes en été. Cet oiseau niche en petites colonies en utilisant les cavités des vieux arbres qu'il remplit d'herbes sèches et de plumes (Chez moi, les " friquets nichent dans la haie en construisant d'énormes boules d'herbes). Il y aura 2 ou 3 pontes sur l'année, la première en avril. L'incubation est assurée par le couple et les 4 à 6 œufs blancs fortement tachetés de brun éclosent au bout de 11 à 14 jours. Lorsqu'on suit les nichées de " friquets ", il n'est pas rare de retrouver le nid occupé par le Lérot Eliomys quercinus. Dans ce cas toute la couvée est dévorée par le rongeur. C'est un phénomène que j'ai souvent constaté dans le Cambrésis, les arbres utilisés par les " friquets " étaient des saules têtards. C'est peut être une des causes de la disparition de l'oiseau dans certains secteurs.

Le statut de l'espèce dans notre région est préoccupant. Des études précises en Grande-Bretagne et en Allemagne montrent un effondrement des effectifs chez les nicheurs et les migrateurs. A la suite de ces observations, on a constaté, que la population régionale de Moineaux friquets a, elle aussi, été malmenée (cf. la carte). Dans les zones de grandes cultures, cette espèce est en voie de disparition. En Avesnois, le Moineau friquet se maintient. Cependant, il est important de conserver son biotope à savoir : les vieux arbres…Sinon, il disparaîtra aussi.

Cet article a été écrit en juin 2005. Les derniers relevés de 2011 et 2012, montrent un effondrement des populations en Avesnois, le Moineau friquet n'existe plus que sur certains secteurs. Son repli vers l'Est, d'où il est originaire, continue inexorablement.

Source des cartes : Le Héron - Les Oiseaux de la Région Nord - Pas-de-Calais - Effectifs et distribution des espèces nicheuses - Période 1985-1995 - Groupe Ornithologique Nord - Pas de Calais - (Tombal JC., 1996). [Ouvrage épuisé]